Le Maître Leonardo Da Vinci

Sa vie - Son Oeuvre

Le Maître Hilarion a eu une incarnation en tant que Leonard de Vinci, Alchimiste, Astronome, Peintre et Inventeur.

Son génie a fait de lui un précurseur pour son époque.

Voici la vie d'un homme, bien en avance sur son temps,
qui a ouvert les portes du futur.


L'Annonciation

Le 15 Avril 1452 dans un petit village de Toscane (qui porte aujourd'hui son nom), à l'ouest de Florence, naît le fils d'un riche notaire florentin et d'une paysanne : Léonard Di Ser Piero Da Vinci, appelé aussi Léonard De Vinci.

Le petit Léonard est élevé par son grand père paternel et consacre la plupart de son temps à jouer dans la nature et à observer, ce qui explique peut être sa passion future pour elle et son insatiable désir de percer ses secrets.


1460, la famille De Vinci s'installe à Florence où Léonard, âgé alors de 9 € ans, reçoit une solide éducation.

Leonardo a commencé un apprentissage dans l'atelier d'Andrea del Verrocchio en 1466.
Verrocchio était l'artiste le plus doué à Florence. Il était sculpteur, peintre et orfèvre en bronze. Il n'y a aucun doute que Verrocchio a eu beaucoup d'influence sur Leonardo. Verrocchio a été fasciné par les schémas du jeune Leonardo et ainsi il lui a donné un endroit dans son atelier. Leonardo a fonctionné à l'atelier de Verrocchio avec quelques autres artistes célèbres comme Botticelli, Perugino et Lorenzo di Credi.

1472, il est accepté dans la compagnie de Saint Luc, la célèbre guilde des peintres Florentins, mais il reste pourtant l'assistant de De Verrochio pendant 4 ans encore.


1476, Léonard peint sont premier tableau "La Madone à l'Oillet" et entre dans l'atelier d'Uccelo avec lequel il étudie la perspective mais aussi la géométrie et toutes les sciences de l'époque. Il accumule à force de travail et de lecture, une somme considérable de connaissances dans divers domaines comme l'hydraulique, l'architecture, l'anatomie et assiste de manière régulière à des réunions de mathématiciens. Il travaille en collaboration avec Fra Luca Pacioli, un moine professeur de mathématiques qui a écrit "La Divine Proportion" ¨sur le Nombre d'Or.


L'Homme de Vitruve

1478, première commande en tant qu'artiste indépendant: Le retable de la chapelle du Palazzo Vecchio (jamais achevé) puis "La madone Benoit" et le portrait de Ginevra Benchi en 1481

1482, le duc de Milan, Ludovic Sforza, l'appelle à son service. Il travaille comme peintre ("La dame à l'hermine", "La vierge au rocher") mais aussi comme architecte, décorateur, sculpteur, organisateur de tournois et de bals masqués, publie des essais sur la botanique, l'hydraulique, l'anatomie, la géologie et s'adonne à toutes sortes d'expériences. Sa devise :"l'art n'est qu'une manière de découvrir le monde et de soumettre le savoir à l'expérience"


La Vierge aux Rochers

Il consigne les résultats de beaucoup de ses recherches (parfois malheureuses, ex: "La cène"), sur des carnets en utilisant un code (écriture inversée de la droite vers la gauche) car bon nombre de ses travaux auraient pu le mener droit au bûcher : disséquer un cadavre ou ne pas se contenter des explications de la bible sur toutes choses (l'influence de la lune sur les marées, la géologie et la formation des continents, les bases de l'aérodynamisme.....)était très mal vu par l'église à cette époque quand à avancer de nouvelles théories...

1499, l'armée française chasse le duc de Milan et sa famille. Léonard part en voyage et passe par Venise ou il restera quelque temps.

Retour à Florence, puis César Borgia, duc de Rome et Général des armés du pape Alexandre VI le prend sous sa protection en 1502. Il supervise pour ce dernier la fortification des territoires de l'église du centre de l'Italie. Léonard devint peu à peu célèbre dans tout l'occident.

1503, il participe à la commission chargée du choix de l'emplacement du "David" de Michel-Ange. La même année, il prend part à la guerre contre Pise comme ingénieur. Il en retire de nombreux enseignements pour ses futurs travaux "militaires" et reçoit une commande pour la réalisation d'une fresque reproduisant la Bataille d'Anghiari pour le Palazzo Vecchio.
C'est au cour de cette période qu'il peint "La Joconde" et les esquisses de Léda et le Cygne.

Le maréchal de France, Charles d'Amboise, gouverneur de Milan, le prend à son service, et dès l'année suivante c'est Louis XII de France, résidant lui aussi dans la ville, qui lui offre sa protection et l'engage comme "peintre et ingénieur ordinaire". Léonard De Vinci réalise pour lui "La statue équestre de Trivulce" qui restera inachevée comme beaucoup de ses oeuvres et une seconde "Vierge aux rocher".


La Cène

En 1514, à la demande de Julien de Médicis, Léonard part pour Rome et entre au service du pape Léon X. Il vit au palais du belvédère du Vatican et avec la bénédiction du pape "humaniste", se consacre principalement à ses expériences scientifiques.

Il s'en suit une période ou il voyage à travers le pays, de ville en ville, proposant ses services à tout notable ou seigneur voulant bien l'entretenir. Cette condition précaire, que partagent la plupart des artistes de son époque, lui permet quand même de continuer ses recherches.


Mona Lisa - La Joconde

Le Roi François 1er, pendant les guerres d’Italie a été séduit par l’art italien, la sculpture, la peinture, l’architecture, l’art des jardins : l'Art nouveau de « La Renaissance ». Pour introduire ce nouvel art dans son royaume, invite le plus grand artiste de son temps à le rejoindre en France

François 1er, fasciné et séduit par Léonard De Vinci, l'engage comme "Premier Peintre, Architecte, et Ingénieur du roi" et lui achète plusieurs de ses tableaux pour une somme considérable (dont "la Joconde"). Le roi installe Léonard au château de Clos-Lucé prés d'Amboise où ce dernier organise, en l'honneur de son protecteur, fêtes équestres, mascarades et feux d'artifices.


Château de Clos-Lucé

Léonard y finira ses jours paisiblement en se consacrant à des travaux d'architecture pour les châteaux royaux et à la recherche scientifique.

Il y mourra le 2 Mai 1519 à l'age de 67 ans et léguera l'ensemble de ses notes techniques à Francesco Melzi, son élève, en espérant qu'elles soient publiées. Ce n'est que quatre siècles plus tard que le génie de Léonard éclata au grand jour.


Auto-portrait

Œuvres majeures

L'Annonciation (1473)
La Vierge aux rochers (1483)
la Cène (1495-1498)
La Joconde ou Mona Lisa (1503-1507)
Sainte Anne, la Vierge et l'Enfant (1508)
Série de caricatures Grotesque (1490-1505)
La bataille d'Anghiari reprise par Rubens et un inconnu.


Saint Jean Baptiste

Autres œuvres

Page de croquis sur l'anatomie humaine
Portait de Ginevra de’Benci (1478-1480), sœur d'un célèbre astronome, ami de Léonard ; conservé à la National Gallery of Art de Washington D.C.
La Dame à l’hermine (1490), portrait de Cecilia Gallerani. Ce portrait est le favorie du duc de Milan.
La Belle Ferronière (1490), portrait d'une inconnue. Il n’est pas certain que ce tableau soit de Léonard.
Portrait de Franchino Gaffurio (1490), portrait d'un musicien. C’est le seul portrait masculin de Léonard
la Madone Benois (1475-1478)
La Vierge aux rochers (1483-1486, première version) En compagnie des frères de Predis, Léonard s’engage en 1483 dans la réalisation d’un polyptique pour San Francesco Grande. Lié à l’iconographie de l’Immaculée Conception, le tableau évoque un épisode tiré des Évangiles apocryphes
L’Adoration des mages (1481-1482), commandé par les moines de San Donato à Scopeto, ce panneau inachevé reste toutefois suffisamment élaboré pour saisir les bouleversements qu’il apporte à l’iconographie, au style et aux significations.
La Vierge aux rochers (1493-1495 et 1507-1508, deuxième version), sur cette version réalisée pour remplacer la première vendue entre-temps, Léonard ajoute les auréoles et le bâton, attribut de Jean Baptiste.

Les Inventions du Maître

Machines pour voler

Planeur avec les extrémités des ailes manoeuvrables
Aile articulée
Anémomètre
Anémoscope
Ustensile pour l'essai de l'aile battente
Inclinomètre
Machine à ailes battentes avec structure d'appui verticale
Mécanisme de battement d'ailes à vis et vrille
Moteur à arbalète pour machine de vol
Barque volante
Parachute
Structure d'aile
Structure d'aile à inclinaison variable durant le battement
Vis aérienne

Machine pour l'utilité civile

Alambique
Alambique perfectionné
Appareil pour la mesure des fils
Ustensile pour conduits coniques
Voiture automotrice
Poulies
Distillateur à réfrigération continue
Double grue tournante
Pelleteuse
Four à flamme guidée
Fuseau à aileron
Garzatrice
Garzatrice continue
Grande grue avec cassette à tournement automatique
Grue tournante
Igromètre à balance
Igromètre à cadran
Machine pour binner la soie
Machine pour fabriquer les cordes
Machine pour liserer les vis
Machine pour dresser les colonnes
Machine pour entailler les limes
Machine pour le travail des miroirs
Machine pour le polissage des miroirs
Marteau batteur d'or
Moulin à cylindres multiples
Odomètre
Rouleaux pour l'étude sur le frottement
Roue pour la démostration de l'impossibilité du mouvement perpétuel
Roue sur l'impossibilité du mouvement perpétuel
Etude pour four
Tambour mécanique
Grosse tenaille à vis
Presse à imprimer
Etirage à roulement à billes
Transformation du mouvement alternatif en mouvement continu
Transmission du mouvement à un axe
Vrille
Ustensile pour liserer à vrille
Ventilateur

Machine hydrauliques et maritime

Appareil pour assècher un port
Barque à propulsion à roue
Battipalo
Canon naval à rétrocharge
Ecluse à portes battentes pour canal navigable
Circumfolgore
Coclea
Petite coupole pour respirer
Drague lagunaire
Drague maritime
Scorpion
Flotteurs à fond ouvrable
Flotteurs pour marcher sur l'eau
Gant palmé
Embarcation à pales
Mesure de la transformation de l'eau en vapeur
Motrice navale à roue
Navire à éperon mobile (scorpion )
Navire rapide à éperons
Cloison à guillotine
Pompe ou " tromba da galea "
Pont à construction rapide
Pont de canal avec écluses à portes battantes
Pont de circonstance sur tréteaux
Pont de circonstances sur double rangée de tréteaux
Pont de Galata
Pont tournant
Pont tournant sur barques
Petite porte d'écluse
Scaphandre
Coque double
Scie hydraulique à avancement automatique
Section de tuyau
Sfondacarene
Sfondacarene automatique
Structure à gabbion pour consolider les fondations d'un canal
Tagliasartie
Soupape conique

Machines de guerre terrestre

Pierre à fusil automatique
Affut de canon
Treuil pour le soulement de l'artillerie
Artillerie à élévation réglable par clou
Artillerie à élévation réglable par vis
Arbalète géante
Arbalète lance-pierre
Arbalète multiple
Canon à hauteur variable
Canon à trois bouches
Voiture armée
Voiture faucheuse
Chaine articulée pour pierre à fusil
Machine pour l'assaut des murs
Orgues à 9 € canons
Orgues à 33 canons
Projectiles en forme d'ogive
Escalier pour l'assaut des murs

Léonard architecte

Angle de rocher avec triple défense rasante
Basilique à cinq coupoles
Eglise à plan central
Eglise à plan central à neuf coupoles
Eglise à plan central avec quatre clochers cylindriques
Eglise à plan central ou à deux niveaux
Eglise à plans jumeaux
Ville idéale
Petite cour avec saillies semicirculaires
Fossé avec défense imergée
Rivellino
Rocher de montagne avec deux enceintes de défense
Tour angulaire avec beccatelli


Maison où est né Leonardo Da Vinci

Le Maître Ascensionné Hilarion

Le Nombre d'Or

Retour Site Angel's Place